Maritime. Audition de deux acteurs du Finistère.

En marge du Salon nautique de Paris, j’ai eu aujourd’hui l’honneur de co-animer avec Sophie Panonacle – Députée de la Gironde la dernière rencontre de la TeamMaritime 2021 dédiée au Finistère.

Les député-e-s & collaborateurs/-trices présents ont pu s’informer/échanger sur deux projets innovants & prometteurs de la circo :
⚓️ Oscar Navigation, le robot anti-collision présenté par BSB Marine
⚓️ Les bacs connectés pour la pêche lancés par la criée de Cornouaille CCI métropolitaine Bretagne ouest / Pêche et Plaisance de Cornouaille


🙏 Merci aux intervenants !

Déplacements doux & économie. Rencontre avec les Coursiers BZH.

Récemment lancés à Quimper, les Coursiers BZH proposent aux restaurateurs et commerçants du centre-ville de Quimper des livraisons à vélo. J’ai souhaité rencontré les porteurs de projet pour échanger sur cette initiative alliant économie et écologie.

Au regard du contexte sanitaire, et avec la fermeture des restaurants, j’ai été notamment sollicitée sur cette problématique de livraison des repas. Le développement du numérique dans les commerces est aujourd’hui pour moi l’une des clés d’essor et de rebond dans ce secteur. Les coursiers BZH s’appuient sur une application « Coop cycle » pour recenser les commande et organiser les livraisons. C’est donc avec plaisir que j’ai rencontré Sébastien Quéré pour échanger sur son projet.

Nous avons notamment évoqué le développement de son entreprise, l’engouement des prestataires et des consommateurs, et de fait, les potentiels axes d’évolution. Nous avons aussi abordé la question du salariat, et le statut des collaborateurs qui livrent.

Je salue cette initiative qui démontre qu’écologie et économie ne s’oppose pas ! C’est aussi positionner le consommateur comme acteur, le reconnaître comme citoyen, ce qui est à mon sens nécessaire pour faire évoluer les habitudes et intensifier la consommation locale.

En savoir + sur les Coursiers BZH…

Transport. Protéger la ruralité de l’enclavement.

J’ai signé une tribune dans le « Journal du Dimanche » pour défendre le secteur aérien : ce moyen de transport est indispensable à la bonne santé économique de notre territoire.

« Honte de prendre l’avion (‘flygskam’), amendement à la loi d’orientation des mobilités prévoyant d’augmenter la taxe sur le kérosène et le taux de TVA sur les billets d’avion, proposition de loi visant à interdire les vols ­domestiques lorsqu’il est possible de prendre le train avec un temps supplémentaire de deux heures et demie ou moins… Ces dernières semaines, nous assistons, interloqués, à une multiplication des attaques contre l’avion. Sans remettre en cause l’urgence écologique et la nécessité de ­réduire drastiquement les émissions de gaz à effet de serre, nous souhaitons mettre en garde contre des solutions démagogiques et ­caricaturales qui sacrifieraient, encore une fois, les territoires les plus éloignés des métropoles et leurs habitants.

Non, l’avion n’est pas un moyen de transport qui serait un caprice réservé aux nantis ! Pour beaucoup de nos départements, il est une nécessité vitale. Certains de nos territoires sont en effet victimes d’un enclavement qui handicape leur développement. Les lignes aériennes interrégionales, en particulier celles qui les relient à Paris, sont souvent le seul moyen de leur éviter un isolement mortifère, faute de dessertes routières et ferroviaires adaptées à notre époque.

Pour rejoindre Aurillac au ­départ de Paris, par exemple, il faut compter sept heures de train et deux changements, avec souvent l’obligation de prendre un autobus. Dans le Cantal, en général, il faut en outre compter environ une heure et demie pour rejoindre une autoroute. C’est bien la ligne aérienne d’aménagement du ­territoire qui maintient une grande partie du département en vie et connecté au reste du pays.

En dépit des difficultés auxquelles ils doivent faire face, nos territoires sont malgré tout des viviers d’entreprises innovantes et dynamiques, avec des pépites à la renommée parfois internationale. À Quimper, des entreprises comme Armor Lux ou Verlingue font la fierté du Finistère. Dans le Cantal, l’entreprise Matière emploie plusieurs centaines de personnes et construit des ponts métalliques dans le monde ­entier. L’avion, souvent beaucoup plus rapide que le train, leur est indispensable pour permettre aux dirigeants et salariés de rencontrer rapidement leurs clients à Paris et à l’étranger. Deux heures et demie de temps de transport supplémentaire seraient inconciliables avec la vie économique normale de ces entreprises. Brest, Chambéry, Limoges, Agen, Tarbes, Brive, Toulouse, Montpellier, Clermont-Ferrand… Autant de villes qui, grâce à leur aéroport, irriguent l’activité économique d’une région. À titre d’exemple, les dix aéroports d’Occitanie génèrent 1% du PIB local.

Qu’il n’y ait pas de méprise, nous ne sommes les représentants d’aucun lobby. Nous avons conscience de l’importance de changer nos modes de transport et de consommation pour lutter contre le réchauffement climatique… mais privilégions l’écologie incitative plutôt que punitive. Aidons le secteur aérien à adopter une stratégie bas carbone en développant la recherche sur l’hydrogène et le biokérosène.

C’est précisément à ces fins qu’une mission d’information parlementaire sur le transport aérien et l’aménagement des territoires a été lancée en mai dernier. Pluraliste et proche des préoccupations de tous nos territoires, elle formulera certainement des propositions intéressantes en tenant compte du paramètre ­écologique.
Ne jetons pas l’anathème sur un mode de transport dont la suppression aurait des conséquences économiques et sociales dramatiques pour beaucoup de nos concitoyens. L’avion nuit au climat, certes ; mais si on le compare à l’automobile, il consomme deux fois moins par passager. S’y attaquer sans ­discernement aggraverait considérablement la fracture territoriale et sociale de notre pays. »

Frame-harirak / Unsplash

Transports. Point sur les investissements et les projets pour la Bretagne.

Je participais à une réunion avec Elisabeth Borne, Ministre des transports sur le programme d’investissements des transports dans le grand ouest.

Il en ressort une forte augmentation des investissements (463 M€ entre 2018 et 2022, contre 309 M€ entre 2012 et 2017). Comme le Président Macron l’avait annoncé à Quimper en juin dernier :
– la RN164 sera mise en 2×2 voies dans son intégralité
– une ligne LGV sera construite entre Rennes et Redon
– Les lignes actuelles, notamment les TER, seront améliorées pour offrir une meilleure efficacité de services aux usagers.