Commémoration du 8 mai 1945. Un hommage rendu à Brest aux combattants.

J’étais ce samedi à Brest à l’occasion de la commémoration du 8 mai 1945. Un devoir de mémoire nécessaire en hommage aux combattants français. Célébrer la fin de la Seconde guerre mondiale et la victoire sur le nazisme, c’est aussi rendre hommage à ceux qui se sont battus pour la paix et la liberté.

Depuis 2017, le Gouvernement poursuit, avec constance, sa politique de maintien et d’extension des droits en faveur du monde combattant.
L’ensemble des droits à réparation et à reconnaissance du monde combattant est maintenu. Aucun dispositif fiscal ni budgétaire n’est remis en cause. C’est le signe d’une volonté politique forte de reconnaître le sacrifice de nos anciens combattants et de leurs ayant-droits.


Ces trois dernières années, le ministère a répondu à beaucoup d’attentes ayant été exprimées :
o Pour les conjoints survivants de grands invalides de guerre, une hausse de la pension accordée à celles et ceux qui ont renoncé à toute activité pendant plus de 15 ans pour apporter des soins constants à leur conjoint grand invalide (0,6 M€ pour 460 bénéficiaires environ), en 2020 ; une mesure d’harmonisation des conditions d’octroi de la pension de réversion des conjoints survivants d’anciens combattants ayant servi avant ou après 1962 ;
o Montée en puissance de la carte 62-64 depuis 2019 ;
o Extension du bénéfice de la demi-part fiscale au conjoint survivant, âgé de 74 ans et plus, d’un ancien combattant, dès lors qu’il aura perçu la retraite du combattant.
o Des mesures de reconnaissance envers les harkis et de solidarité en faveur de leurs enfants : avec l’accroissement de +400 euros de l’allocation de reconnaissance, et la mise en place du Fonds de solidarité en 2019

Pour en savoir +
Consultez le rapport annuel d’activité 2019 de l’Office National des Anciens Combattants et Victime de Guerre (ONAC-VG) :
https://www.onac-vg.fr/sites/default/files/2020-07/ONACVG_RA%202019_MD_OK_.pdf

COVID. Point d’étape sur l’évolution de la crise sanitaire en France.

Retour sur les annonces du Premier Ministre, ce 22 avril. Retrouvez l’intervention en vidéo dans son intégralité ici.

L’épidémie ralentit, un pic dépassé à l’hôpital
Depuis 10 jours, une baisse réelle de la circulation virale :
👉 le nombre quotidien de nouveaux malades a baissé de 17% en une semaine et s’établit aujd à un peu plus de 30.000 par jour
👉 le nombre de patients admis en réanimation a atteint un plateau depuis quelques jours

Un calendrier de réouverture progressive confirmé
Comme le Président de la République l’a indiqué le 31 mars dernier, nous engagerons, dès la semaine prochaine, la réouverture progressive et prudente de notre pays.
👉 1ère étape : dès lundi (26 avril), réouverture des crèches et reprise des cours en présentiel à l’école maternelle et à l’école élémentaire
👉 2e étape : à partir du 3 mai, réouverture des collèges et lycées, et levée des limitations de déplacement en journée
👉 3e étape : mi-mai, un ensemble de réouvertures devrait être possible, en commençant par les commerces, certaines activités culturelles et sportives et les terrasses

📣 Nous avancerons par étapes, avec des protocoles adaptés, et s’il le faut, de manière territorialisée.

✅ Une vaccination qui continue à s’accélérer et des objectifs en passe d’être tenus

📣 D’ici la fin de la semaine, 14M de personnes auront reçu au moins une injection (25% de la population adulte)

👉 L’accès prioritaire pour les personnels enseignants et de la communauté éducative, et les forces de l’ordre âgés de + de 55 ans va être ouvert à d’autres professions prioritaires, comme les conducteurs de bus ou les salariés des grandes surfaces commerciales
👉 Le vaccin AZ est sûr et efficace : l’AEM et la HAS ont encore réaffirmé son efficacité contre les formes sévères.

✅ Des protocoles sanitaires stricts pour la reprise des cours en présentiel

📣 Nous faisons le choix de l’école. Mais partout, nous maintenons un protocole sanitaire très strict avec la fermeture d’une classe au premier cas détecté.

👉 Plus de tests salivaires pour les écoles élémentaires : 400.000 par semaine à la reprise, avec la perspective d’atteindre 750.000 d’ici la mi-mai
👉 Plus d’autotests avec 64 millions d’autotests à partir de la semaine prochaine

❌ La semaine du 3 mai, les lycéens retourneront en cours en demi-jauge. S’agissant des collégiens, ils rentrent en présentiel ; sauf pour les élèves de 3ème et de 4ème des 15 départements particulièrement touchés, qui seront également en demi jauge.

📣 S’agissant des examens et concours, ils sont maintenus en présentiels après le 2 mai pour le bac, les classes préparatoires et les BTS.

✅ Renforcement des contrôles aux frontières
La situation dans d’autres pays reste préoccupante : à partir de samedi matin, un système de contrôle renforcé sera donc mis en place pour les personnes arrivant du Brésil, d’Argentine, du Chili, d’Afrique du Sud et d’Inde avec :
👉une liste des motifs autorisant une arrivée en France encore restreinte
👉 la réalisation d’un test systématique non seulement au départ mais aussi à l’arrivée ;
👉 une quarantaine stricte décidée par arrêté préfectoral et assortie de contrôles par les forces de l’ordre.

S’agissant de la quarantaine :

  • les sorties autorisées seront tout réduites et ne pourront avoir lieu qu’entre 10 heures et midi. En dehors de ces horaires, la personne en quarantaine pourra faire l’objet à tout moment d’un contrôle sur le lieu de quarantaine qu’elle a déclaré ;
  • les policiers et les gendarmes pourront sanctionner les personnes qui ne respectent pas les règles de la quarantaine d’une amende d’un montant de 1000 à 1 500€.

En savoir + sur la gestion du COVID…

Citoyenneté. Un honneur de présider le jury de la 25e édition du Parlement des enfants !

Je présiderai la 25e édition du Parlement des enfants sur le thème de « L’alimentation durable et équilibrée ». Une mission que j’aurai à coeur d’honorer, aux côtés des 16 autres membres du jury, pour récompenser les législateurs en herbe en juin prochain.


Le Parlement des enfants est une opération organisée par l’Assemblée nationale avec le Ministère de l’Éducation nationale, de la jeunesse et des sports, l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE) et la Mission laïque française (MLF). Elle offre aux élèves de CM2 l’opportunité de découvrir la fonction de législateur en rédigeant, sous la conduite de leurs enseignant(e)s, une proposition de loi au terme d’une discussion qui doit leur apprendre ce qu’est le débat démocratique.
Pour cette 25e édition, les élèves ont été invités à élaborer des propositions de loi sur le thème de « L’alimentation durable et équilibrée ». Depuis l’automne 2020, un peu plus de 700 classes ont participé à l’opération. Le jury national, composé de 10 députés et de 7 représentants du Ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse et des Sports, de l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger et de la Mission laïque française, se réunira le 3 mai prochain pour sélectionner cinq classes lauréates. Ces propositions sont ensuite soumises au vote de toutes les classes participantes. Le résultat de ce vote sera officialisé le mardi 15 juin 2021.


« Une opportunité pour des citoyens en herbe de stimuler leur fibre démocratique »


« La mission que l’on m’a confiée est vraiment à mi-chemin entre mon expérience professionnelle dans le domaine de la santé, mon activité parlementaire où j’ai intégré les groupes d’étude « Gastronomie » et « Santé à l’école » et le lien avec mon territoire : la Bretagne est l’une des premières régions alimentaires en Europe, qui permet de nourrir plus de 20 millions de consommateurs. Derrière l’exercice ludique, c’est une véritable sensibilisation des plus jeunes au processus législatif. C’est une opportunité pour des citoyens en herbe de stimuler leur fibre démocratique, de confronter leurs idées, d’aiguiser leur sens critique, susciter leur curiosité pour la chose publique pour partager, débattre, construire. L’idée me plaît beaucoup, et correspond à ma conception de l’implication politique. Le thème retenu cette année est aussi particulièrement inspirant, au coeur des débats parlementaires d’actualité et des attentes des citoyens. »

Pour en savoir + sur le Parlement des enfants, c’est par ici…

Emploi. Cornoualia, la synergie des entrepreneurs pour des emplois partagés et durables.

En compagnie de mon collègue Sénateur Michel Canevet, j’ai eu hier le plaisir de rencontrer et échanger avec Maryse Le Maux, directrice d’un groupement d’employeurs en Finistère Sud.

Dès le début de notre entretien, Maryse Le Maux plante le décor : « Cornoualia, ce n’est pas une agence d’intérim, ni un dispositif d’insertion. Ce n’est pas non plus un groupement d’employeurs à l’image de ce que propose le GEIQ. Nous, notre objectif, c’est de créer de l’emploi durable en partageant des compétences sur la Cornouaille. Ce principe permet aux entreprises de disposer de la ressource juste le temps dont elles ont besoin tout en assurant un emploi pérenne aux salariés (CDI). »

Créée en 2000, sous l’impulsion d’entrepreneurs dynamiques et innovants du territoire, Cornoualia s’est développée et affiche aujourd’hui sa réussite : 150 salariés, 256 entreprises adhérentes, près de 700 emplois en CDI créés et 5 millions d’euros de chiffre d’affaires. Elle se hisse parmi les 5 plus gros groupements d’employeurs en France.

La formule tient sa réussite d’un pré-requis incontournable : « la demande doit venir des entreprises du territoire » affirme Maryse Le Maux. « Après, c’est à nous de répondre à la demande, de faire vivre cette démarche réseau.« . D’après la directrice, le territoire de Cornouaille se prête particulièrement bien au développement d’une telle initiative : « nous sommes sur un territoire avec un terreau fertile pour faire germer ce type de projet, alimenté par un vrai esprit de coopération et boosté par des acteurs économiques moteurs. » La formule répond à un marché du travail en évolution, s’adapte avec flexibilité aux besoins des entreprises et des salariés/apprentis. Sa capacité à évoluer au fil des demandes la conduit d’ailleurs à se développer progressivement : des travaux viennent de débuter pour permettre aux locaux basés Chemin de Kerdroniou de s’agrandir pour offrir en 2022 un bouquet de services supplémentaires : accompagnement des conjoints, mutualisation des formations, permanences pour conseils et accompagnement des risques psycho-sociaux, nouveaux bureaux et salles de réunions à disposition des entreprises adhérentes, le tout pour asseoir davantage ce que Maryse Le Maux appelle « Maison du partage« .

Cette rencontre avec la directrice du site nous a également permis de faire le point sur la situation économique du territoire, et échanger sur la législation en matière d’emploi. A cette occasion, nous avons notamment abordé les difficultés de recrutement dans certains secteurs d’activité, les secteurs d’emploi porteurs, le travail à mener sur l’attractivité économique de la Cornouaille, les enjeux de la réforme du chômage à venir. Maryse Le Maux a également insisté sur la reconnaissance des structures comme Cornoualia afin de sécuriser leurs activités, sécuriser de fait l’économie d’un territoire, et également leur permettre de s’adapter au gré des évolutions qui touchent le droit du travail.

En savoir + sur Cornoualia…

Handicap. Entretien avec la Maison départementale des personnes handicapées du Finistère.

Cet après-midi, je me entretenue avec la Maison départementale des personnes handicapées du Finistère pour évoquer la gestion en période de crise sanitaire.

👉 Elle poursuit deux priorités : assurer la continuité des droits & prendre en charge les nouveaux bénéficiaires.
👉 Elle souhaite aussi se développer dans le Finistère en intensifiant les collaborations avec les structures sociales et avec l’appui des Maisons de services au public, grâce à une offre de proximité et de qualité
👉 En lien avec l’actualité locale, nous avons aussi parlé des Accompagnants des Elèves en Situation de Handicap.

Les axes de travail :
– développer une formation dédiée
– élargir l’accompagnement à l’extra-scolaire & ce jusqu’à l’insertion dans la vie professionnelle
– proposer un véritable statut pour les professionnels

Les décrets du 24 & 27 décembre 2018 pour la simplification des démarches administratives ont un impact positif mesuré sur le terrain : c’est un confort pour les familles ET pour la MDPH qui gagne en efficacité et réactivité !

Langues régionales. Une victoire collective, trans-partisane, symbole d’ouverture et de reconnaissance !

La proposition de loi langues régionales vient d’être adoptée à l’Assemblée Nationale !


Les députés se sont mobilisés pour ce texte ambitieux en adoptant notamment :
✅ la reconnaissance officielle de l’enseignement immersif
✅ le versement du forfait scolaire pour soutenir l’enseignement


Une victoire collective, trans-partisane, symbole d’ouverture et de reconnaissance pour la vitalité culturelle et patrimoniale de notre Nation… et de notre Bretagne !

[EN VIDEO] La Bretagne résonne sur le parvis du Palais Bourbon pour mettre à l’honneur ce vote historique sur les langues régionales.
https://fb.watch/4PPOhuuCkm/

Autisme. Une journée nationale de sensibilisation pour changer la donne.

Aujourd’hui, c’est la journée mondiale de sensibilisation à l’autisme, une thématique qui m’est chère. L’occasion de mettre en lumière, sur le terrain et dans la loi, les avancées pour la reconnaissance des différents troubles de neurodéveloppement.

Cet après-midi, j’ai visité le Service d’Accompagnement Comportemental Spécialisé du TSA Finistère à Quimper qui accueille 20 enfants. Nous avons parlé des différents troubles de neurodéveloppement & méthodes d’approche pour accompagner les enfants.

Etre députée, c’est aussi oeuvrer pour une société plus inclusive. Fin janvier, j’étais responsable de texte sur la proposition de loi visant à améliorer l’accessibilité des personnes en situation de handicap aux magasins de la grande distribution et aux centres commerciaux. Le texte a été voté à l’unanimité. Aujourd’hui, quelle fierté de voir les acteurs mobilisés pour cette cause ! : https://urlz.fr/fj91

Le 4e plan Autisme (2018-2022), c’est 400 M€ avec 5 axes prioritaires :
1️⃣ Remettre la science au cœur de la politique publique en la dotant d’une recherche d’excellence.
2️⃣ Intervenir plus précocement auprès des enfants présentant des différences de développement.
3️⃣ Rattraper notre retard en matière de scolarisation.
4️⃣ Soutenir la pleine citoyenneté des adultes.
5️⃣ Soutenir les familles et reconnaître leur expertise.